NOTRE MANIFESTE POUR UN MODÈLE TECHNOLOGIQUE SOCIALE ET SOLIDAIRE EUROPÉEN

Le Social Good Accelerator est un mouvement européen né en 2017 d’un constat : la transition technologique des organisations à but non lucratif qui oeuvrent et innovent pour l’intérêt général n’est pas encore suffisamment prise en considération par les pouvoirs publics, les entreprises et les investisseurs.

C’est pourtant une condition sine qua non d’une innovation et d’une compétitivité européenne centrée sur le respect du vivant, la justice sociale et climatique.
Cette transition technologique qui conduit à davantage d’efficacité pour l’Economie sociale et solidaire, mais aussi à de nouveaux garde fous face au secteur Tech en hyper croissance, doit être accélérée et placer au cœur des stratégies de transition européennes, pour orienter nos modèles vers plus d’inclusion et de bien-être collectif.
Le collectif est fédéré en association depuis 2018 et réunit plus de 30 organisations membres. Il anime un plaidoyer, une communauté solidaire et proposent des outils pour accompagner les acteurs qui portent ou souhaitent contribuer davantage à la transition technologique des organisations à but non lucratif en Europe.

Our objective: Social and solidarity-based organisations fully recognised as players in the digital and technological transition in Europe

Le pouvoir des acteurs d’utilité sociale est de mettre en œuvre des solutions efficaces pour relever les défis sociaux et environnementaux. Mais leur transition technologique est peu soutenue, alors même que l’innovation reconnue et financée est essentiellement l’innovation technologique.
Le pouvoir des acteurs de l’innovation technologique est d’accélérer le temps et l’efficacité des organisations. Mais l’innovation technologique n’a de valeur que si elle produit une amélioration du bien-être de tous, dans les limites des ressources naturelles de la planète.
Ces deux “mondes” (technologique et social) se croisent rarement.
Il est aujourd’hui essentiel de faire converger les forces pour répondre aux grands enjeux planétaires.
Nous croyons qu’il faut donner les moyens aux acteurs qui oeuvrent pour le Bien commun de monter en compétences et d’investir pour augmenter l’efficacité de leurs modèles et de leurs services grâce aux potentialités technologiques.
C’est une condition sine qua non pour accélérer le changement sociétal en Europe et renforcer la raison d’être de l’Union européenne.

Pour ce faire, il faut :
  • Play collectively at European level by creating a network dedicated to the defence of the technological interests of the actors of the social and solidarity economy in Europe
  • Encourage technological philanthropy: the methods, economic efficiency and resources of tech companies can be put at the service of the general interest, and social and environmental skills can feed technological innovation.
  • Enlight non (for) profit tech models that put fairness, environmental impact, sovereignty, democracy, respect of data privacy at the core of their mission

    Nos valeurs

    Notre action est citoyenne et solidaire, elle vise à renforcer la citoyenneté européenne.
    Notre action est non-lucrative et majoritairement bénévole mais nous tenons à rémunérer le travail de nos prestataires à leur juste valeur.
    Notre action est résolument optimiste, militante et valorise les bonnes pratiques de solidarité et d’innovation.

    Mission Statement

    Rassembler, faire dialoguer et collaborer les acteurs engagés pour une transition technologique des organisations à but non lucratif qui oeuvrent et innovent pour l’intérêt général partout en Europe.
    Construire des actions collectives et une représentation des intérêts technologiques des acteurs de l’économie sociale et solidaire au niveau européen.

    Expérimenter des solutions collectives pour la montée en compétences technologiques des organisations à but non lucratif qui oeuvrent et innovent pour l’intérêt général partout en Europe
    Mener une recherche collective sur les besoins et ressources des acteurs et inspirer par la diffusion de portraits de solutions, de représentants politiques et de projets qui fonctionnent partout en Europe.

    Our Means of Action & our Working Groups

    AFFAIRES PUBLIQUES EUROPÉENNES :
    Pooling of institutional monitoring and economic and political advocacy with national and European companies and institutions.
    COMMUNAUTÉ:
    Peer-to-peer knowledge sharing (SOGAcademy), Mapping of SSE digital and technological transition actors and their good practices in Europe, Event interventions and forums for technological transition in the media dedicated to Tech, Dissemination of news on technological transition from non-profit organisations working and innovating for the general interest in Europe.
    RECHERCHE:
    To shed light on the digital and technological needs of European social and solidarity economy organisations, but also on their obstacles to transition and the specificities of their models in order to better frame actions and policies to support the digital and technological transition of Social Economy and Civil Society in Europe. We are carrying out comparative research with actors in the digital and technological sector to see how they can support, cooperate or even co-innovate with Social and Solidarity Economy organisations.

     Notre organisation associative

     

    L‘association est dirigée par un bureau de 5 membres et un Conseil d’Administration de 23 membres, tous bénévoles et désintéressés. Le bureau se réunit mensuellement, le Conseil d’Administration au moins 3 fois par an et l’Assemblée Générale une fois par an pour la session ordinaire et sur saisine ou demande du bureau en session extraordinaire.
    L’association et son Assemblée générale sont constitués de membres bénévoles actifs, d’ambassadeurs européens partenaires d’adhérents. Elle peut nommer des membres d’honneur sans droit de vote.
    L’association peut être renforcée par des salariés détachés en mécénat de compétences.
    L’association est financée par les adhésions, des subventions, le mécénat ou sponsoring d’entreprises partenaires et le cas échéant une part de revenus de prestation de service (moins de 30%).