Charte d’adhésion  

Le Social Good Accelerator est un Think & Do tank né en 2017 d’un constat : l’innovation sociale n’est pas encore suffisamment prise en considération par les pouvoirs publics, les entreprises et les investisseurs au même titre que l’innovation Tech. Elle est pourtant partie intégrante de l’innovation et de la compétitivité européenne. Elle doit être accélérée grâce au progrès numérique, et doit l’orienter vers plus d’inclusion et de bien-être collectif.

Le collectif fédéré en association et soutenu par la Fondation La France s’engage a choisi le plaidoyer économique et politique comme moyen d’action et se veut un guichet unique pour tous les acteurs qui portent ou souhaitent contribuer davantage à l’innovation sociale en Europe.

Notre vision : plus de tech dans le social, plus de social dans la tech

Nous croyons qu’il faut encourager et faciliter les collaborations entre les acteurs économiques “classiques” de l’innovation et les innovateurs sociaux pour accélérer le changement sociétal en Europe et renforcer la raison d’être de l’Union européenne.

L’efficacité économique et les ressource des entreprises tech peuvent être mise au service de l’intérêt général, et les compétences sociales et environnementales peuvent venir nourrir l’innovation technologique. Les acteurs de l’innovation technologique et sociale partagent une vision prospective qu’il s’agit de partager et de faire grandir, tout en augmentant les compétences de chacun.

Nos valeurs 

  • Notre action est citoyenne et vise à renforcer la citoyenneté européenne par la solidarité économique et politique des acteurs de l’innovation tech et de l’innovation sociale.
  • Notre action est non-lucrative et bénévole mais nous tenons à rémunérer le travail de nos prestataires à leur juste valeur.
  • Elle est résolument optimiste, activiste et valorise les bonnes pratiques de solidarité et d’innovation.

 

Notre mission 

  • Rassembler, faire dialoguer et collaborer les acteurs de l’innovation technologique et ceux de l’innovation social partout en Europe
  • Inspirer les acteurs par la diffusion de portraits d’innovateurs engagés, de représentants politiques et de projets qui fonctionnent partout en Europe.
  • Construire un plaidoyer collectif et une représentation des intérêts au niveau européen reposant sur une identification claire, par les acteurs et des études macro et comparée, des besoins, opportunités et freins rencontrés sur le terrain.

 

Nos moyens d’actions

  • Plaidoyer économique et politique auprès des entreprises et institutions nationales et européennes
  • Interventions évènementielles et tribune destinée à l’innovation sociale dans les mediums dédiés à la Tech
  • Diffusion d’actualités de l’innovation sociale européenne et bonnes pratiques auprès de la communauté.
  • Etudes européennes et création de savoir
  • Guichet unique pour les besoins de transition numérique des acteurs de l’innovation sociale

 

Notre projet associatif

  • L’association est constituée de membres bénévoles actifs, d’adhérents. Le bureau se réunit mensuellement, l’AG deux fois par an.
  • Elle peut être renforcée par des salariés détachés en mécénat de compétences.
  • Elle est financée par les adhésions, le mécénat ou sponsoring d’entreprises partenaires et le cas échéant une part de revenus de prestation de service (moins de 20%).

Notre Manifeste

Actuellement, l’Europe compte 2 millions d’entreprises sociales qui détiennent 10% des entreprises de l’UE et plus de 11 millions de travailleurs. Le progrès technologique et numérique doit les intégrer, les inspirer et accompagner leur mission sociale, et non renforcer les inégalités.

Le soutien des institutions européennes et des installations dédiées est indispensable pour continuer à progresser. Entre précarité et destruction des emplois, complications fiscales et atteintes à la vie privée, le secteur de la technologie et du numérique est accusé de nombreux maux. Ce discours est le lit du populisme et repose sur un phénomène bien réel dont il faut discuter: jamais la technologie n’a changé aussi vite l’organisation de la société. Au niveau européen, le Fonds social accorde la priorité à la redistribution des groupes vulnérables, notamment les jeunes et ceux qui luttent contre la discrimination, la promotion d’emplois durables et de qualité, le chômage de longue durée, la pauvreté et l’exclusion sociale.

Ces champs d’action sont principalement soutenus par des acteurs d’utilité sociale. Mais aujourd’hui, ceux-ci relèvent de l’extension de leur mission sociale, du déclin des ressources et d’une injonction pour initier une transition numérique indispensable à leur survie. A l’heure où les subventions publiques fondent ou se dispersent entre associations historiques et nouveaux acteurs, la concurrence pour le financement est féroce, ce qui pousse les Associations à se professionnaliser, à s’équiper tout en commençant leur transition numérique pour devenir le plus efficace au service de leur mission. D’un autre côté, certaines entreprises du secteur de la technologie sont de plus en plus composées de «Millennials» à la recherche de sens allant au-delà de l’enrichissement personnel, désireux de s’engager par la philanthropie ou l’innovation sociale. Souvent, ces dirigeants et employés veulent sincèrement s’engager, mais ne sont pas conscients des avantages existants du secteur bénévole.

Dans notre héritage européen, il y a une extrême sous-évaluation de l’expertise sociale. Il est urgent de reconnaître sa véritable valeur pour les associations et les entrepreneurs sociaux qui maîtrisent les spécificités de leurs publics et apprennent à faire beaucoup, avec très peu. Si nos entreprises et nos associations innovantes pouvaient collaborer et créer plus de valeur économique et sociale, il y a fort à parier que de nombreuses solutions aux problèmes mondiaux pourraient émerger.

Les exemples sont infinis. Quelle que soit leur taille, les entreprises et les associations innovantes doivent être encouragées à mieux travailler ensemble afin de trouver des solutions pour un monde plus équitable et plus durable. De plus, les événements dédiés à la technologie et à la prospective doivent accueillir plus d’acteurs de l’utilité sociale pour s’inspirer les uns des autres. Nous les citoyens européens voulons une Europe numérique plus inclusive, avec l’innovation sociale comme un marqueur. Une Europe qui favorise les liens entre tous les acteurs de l’économie et valorise la création de valeur sociale ainsi que le progrès technologique. La nouvelle génération ne connaît pas de frontière entre l’engagement social, politique et professionnel. Des progrès seront réalisés grâce à plus de justice sociale, d’équité, d’autonomie accordée à tous les citoyens qui choisissent un modèle de société dans lequel chacun «fera sa part» et sera reconnu comme potentiel.

De plus, nous voulons que nos institutions européennes reconnaissent et soutiennent les initiatives sociales qui existent en Europe en soutenant la recherche et le développement, car elles favorisent la co-innovation technologique et sociale.

Voici quelques propositions qui existent déjà mais qui doivent être poussées pour élever l’échelle européenne :

  • Doter les associations et les entrepreneurs sociaux de moyens financiers et de compétences pour accélérer leur transition numérique (communication institutionnelle, mécénat, financement dédié, etc.) en favorisant les échanges avec les acteurs privés.
  • Créer un programme réunissant des universités, des centres de recherche publics / privés travaillant dans l’innovation technologique et sociale • Débloquer des lignes budgétaires pour financer la co-construction de projets d’innovation technologique et sociale entre acteurs de la technologie et des services sociaux pour favoriser l’émergence des «licornes» de l’innovation sociale
  • Développer et publiciser les programmes existants en tant que «Erasmus Young Entrepreneur», en favorisant les échanges entre les entrepreneurs technologiques et sociaux
  • Organiser un «Davos de l’innovation sociale»
  • Déclarer 2020 Année européenne de l’innovation sociale.

Je reconnais adhérer à ce discours, ces valeurs et ces moyens d’action.

Membership Charter

The Social Good Accelerator is a Think & Do tank born in 2017 from an observation: social innovation is not yet sufficiently taken into consideration by public authorities, companies and investors as Tech innovation. It is nevertheless an integral part of European innovation and competitiveness. It needs to be accelerated through digital progress and must drive it towards greater inclusion and social well-being. The federated collective in association and supported by the Foundation La France s’Engage chooses economic and political advocacy as a means of action and wants to be a one-stop shop for all the actors who carry or want to contribute more to social innovation in Europe.

Our vision

More tech in social good, more social good in tech. We believe that there is a need to encourage and facilitate the collaboration between « traditional » economic actors of innovation and social innovators to accelerate change in Europe and strengthen the “raison d’être” of the European Union.

Our values

  • Our action aims to strengthen European citizenship through the economic and political solidarity of the actors of tech innovation and social innovation.
  • Our action is not lucrative and non-profit but we want to pay the work of our providers fair wages.
  • The association is optimistic, militant  and highly values ​practices of solidarity and innovation.

Our mission

  • Gather, dialogue around and collaborate with actors of technological innovation and social innovation throughout Europe
  • Inspire actors through the dissemination of portraits of committed innovators, political representatives and projects working across Europe.
  • Build collective advocacy and representation of interests at European level based on clear identification, by actors and macro and comparative studies, of the needs, opportunities and obstacles encountered on the ground.

Our means of action

  • Economic and political advocacy with national and European companies and institutions
  • Events and a platform for social innovation dedicated to Tech
  • Dissemination of news about European social innovation practices to the community
  • European studies and knowledge creation
  • One-stop shop for the digital transition needs of social innovation actors

Our associative project

  • The association consists of active volunteers and members. The delegation meets monthly, with a larger meeting twice a year
  • The association can be supported by employees in skills sponsorship
  • It is financed by the membership, patronage or sponsorship of partner companies and, if applicable, a share of service delivery revenue (less than 20%).

Our Manifesto

Currently, Europe has 2 million social enterprises that hold 10% of EU companies and more than 11 million workers. Technological and digital progress must integrate them, inspire them and accompany their social mission, not to reinforce inequality. The support of European institutions and dedicated facilities are indispensable to continuing progress.


Between precariousness and destruction of jobs, tax complications and invasions of privacy, the tech and digital sector is accused of many evils. This discourse is the bed of populism and is based on a very real phenomenon which should be discussed: never has technology changed the organization of society so quickly.

At the European level, the Social Fund gives priority to the redistribution of vulnerable groups, especially young people and those fighting against discrimination, the promotion of sustainable and quality employment, long-term unemployment, poverty and social exclusion. These fields of action are mainly supported by actors of social utility.

But today, these fall under the extension of their social mission, the decline in resources and an injunction to initiate a digital transition that is essential to their survival. At a time when public subsidies are melting or dispersing between historic associations and the new players, competition for funding is fierce, making Associations push to professionalize themselves, to equip themselves all the while beginning their digital transition to become the most efficient in service of their mission.

On the other side, some companies in the Tech sector are made up of more and more « Millennials » in search of meaning beyond personal enrichment, wanting to engage through philanthropy or social innovation.  Often these leaders and employees sincerely want to engage but are not aware of the existing benefits of the voluntary sector. In our European heritage, there is an extreme undervaluing of social expertise. It is urgent to recognize its true value to associations and social entrepreneurs who master the specificities of their audiences and learn how to do much, with very little. 

If our companies and innovative associations could collaborate and create more economic and social value, it is a safe bet that many solutions to the world’s problems could emerge. The examples are infinite. Whatever their size, innovative companies and associations need to be encouraged to work better together so that they can come up with solutions for a more equitable and sustainable world. Additionally, events dedicated to tech and foresight must welcome more actors of social utility to inspire each other.

We European citizens want a more inclusive, digital Europe, with social innovation as a marker. A Europe that fosters links between all the players in the economy and values ​​the creation of social value as well as technological progress. The new generation knows no border between social, political and professional commitment. Progress will be achieved through more social justice, equity, autonomy given to all citizens who choose a model of society in which everyone « will do their part » and will be recognized as potential.


Moreover, we want our European institutions to recognize and push the social initiatives that exist in Europe as they support Research and Development, as they promote technological and social co-innovation.

Below are several proposals which already exist but need to be pushed to elevate the European scale:

  • Provide associations and social entrepreneurs with financial resources and skills to accelerate their digital transition (institutional communication, patronage programs, dedicated funding, etc.) by promoting exchanges with private actors.
  • Create a program bringing together universities, public/private research centres working in tech and social innovation
  • Release budget lines to finance the co-construction of technological and social innovation projects between tech and social utility actors to foster the emergence of the « unicorns » of social innovation
  • Expand and publicize existing schemes as « Erasmus Young Entrepreneur », promoting exchanges between tech and social entrepreneurs
  • Organize a « Davos of Social Innovation »
  • Declare 2020 the European Year of Social Innovation.

I agree to adhere to this discourse, these values ​​and these means of action